Variation sur Théodore Lillo, 6

Variation sur Théodore Lillo 6

« Pourquoi aucune trace de toi sur Internet avant Conspiration ? » m’a demandé Asaf. Avant ma rencontre avec Vincent, j’avais exactement la même philosophie que mon vieux pote Dominique Bonafini. Du coup, je l’ai interviewé, c’était la meilleure réponse que je puisse lui faire.

Pourquoi n’as-tu jamais voulu ni de téléphone portable, ni d’ordinateur ni même d’adresse mail ?

Je n’ai jamais été téléphone tout court. J’ai horreur de l’idée d’être joignable à tout instant. Et puis ça pose des problèmes dans les rapports entre les gens. J’aime être au présent avec quelqu’un, pas dans ma bulle. Bon, j’ai fait des concessions au progrès : j’ai un téléphone fixe et un répondeur. Mais sur le répondeur, si on ne pose pas de questions, je ne rappelle pas.

L’ordinateur, ça me semble factice. Et puis je ne sais pas taper sur un clavier!

Avec les mails et les réseaux sociaux, je trouve qu’on devient juste des émetteurs. Montrer qu’on existe, ça devient le plus important, on se fout que la personne ait reçu le truc, on cesse d’être des récepteurs. Et moi, j’aime recevoir.

Comment tu t’organises concrètement ?

Les gens savent que je suis une anomalie, ils font en fonction. Ou pas. Je suis pas susceptible: si l’invitation est par mail et qu’on n’a pensé à me téléphoner, ben c’est que je ne suis pas indispensable.

Et puis, je crois à la mutualisation. Donc quand j’ai besoin, j’utilise l’ordinateur d’un pote, il y a toujours quelqu’un qui peut m’aider. Bon, faut pas toujours solliciter les mêmes mais c’est l’occasion de boire un verre, de passer un bon moment.