Album cd 5 titres

Limitée à 30 exemplaires
Coffret en bois numéroté, conçu et sérigraphié à la main
Format 20 X 20 cm – CD noir + paroles

Durée totale : 42′

Silentium

Roman de Fabrice MILLON
 
« Cesser d’aboyer, désormais »
 

80 pages – 12€

Grands ensembles

Roman de Vincent Labaye
 
« Renaître de ses cendres, une épopée »
 

776 pages – 25€

Variation sur Théodore Lillo, 7

2017-06-19 16.01.29

Il y a quelques semaines, Vincent voulait que je parle de moi, davantage, il disait que c’était urgent, qu’il fallait le faire A.S.A.F — et il riait de son bon mot. Moi je ne voulais pas le faire « As Soon As Possible » mais comme Asaf, la nana qu’il avait chargée de ces variations, avait d’autres priorités, il me refilait le bébé, so to speak.

On s’est engueulé. Fort.

Il a claqué la porte de l’appart de la fille avec qui j’étais (mais qui n’était pas là).  Moi j’ai descendu les réserves d’alcool que Vanessa planquait (mal) derrière sa machine à laver — un jour elle avait laissé tourner une lessive et je me demandais ce qui faisait ce bruit de verre bizarre alors que le tambour s’excitait… Et bingo ! (J’ai étendu le linge propre tellement j’étais heureux de ma découverte, et on a baisé comme des fous quand elle est revenue du boulot, tellement elle ne s’attendait pas à ce que je m’occupe de ses petites culottes.)

On s’est revu le lendemain avec V : je lui ai dit une fois encore que je n’aimais PAS parler de moi, que je n’aimais PAS que l’on me voie, que je n’aimais PAS être identifié, suivi, tracé, que j’étais parano, ok, ça m’allait, qu’il m’appelle Théo-le-Parano s’il voulait, mais qu’il arrête de m’emmerder avec ces Variations sur le même t’aime (pour Gainsbarre et sa Vanessa à lui).

Vincent s’était calmé lui aussi mais il n’en démordait pas : puisqu’on s’était associé, puisqu’on faisait Conspiration ensemble, il voulait bien que je lui fasse un tout petit peu confiance. J’ai répondu que la confiance c’était pas mon truc, en montrant ma joue — une cicatrice, c’est comme quand on te coupe un membre, ça laisse une douleur fantôme.

On est tombé d’accord que ça n’allait pas me défriser de faire un chouïa d’effort – on est d’accord sur PLEIN de trucs, avec Vincent, et c’est bien pour ça que Conspiration avance, qu’on est EN MARCHE nous aussi, ha ha ! bref…). C’est pour ça que je parle de Vanessa. Et de « la crise » avec V, comme il l’appelle.

Mais c’était pas une crise.
C’est pas ça une crise.
Believe me !

 

Portes#21

Sacré texte, sacrée interprétation (TL)